Jardinage : restructuration du texte et correction orthographe en cours #merci

CVYDMoi en quelques mots

Tout ce qui touche au « libre » au niveau des idées… et au « durable » au niveau de la matière ! #TICA

Me qualifiant d’Entrepreneur social, j’ai fait le choix de mon « modèle de vie » en ne séparant pas mes objectifs de vie avec mes projets professionnels, j’ai donc besoin pour cela de donner ou trouver du sens à mon travail.

10 ans d’explorations et de pratiques du Web, créateur et animateur de nombreux réseaux par et dans la médiation numérique, le coworking et aujourd’hui les Tiers Lieux. Inventeur de nombreux formats libres d’animation et de processus coopératifs inspirés de l’éthique des “BarCamp”.

De 1989 à 2003 : études

Né le 10 septembre 1974 à Vierzon dans le centre de la France, j’effectue mes études entre Bourges et Issoudun où j’obtiens mon BEP Vente Action Marchande avec le 2ème prix de l’académie Indre et Loire puis mon BAC Science des Technologies Tertiaires 2 ans plus tard.

De 1995 à 2003 : apprentissage

C’est à 18 ans que je décide de prendre la route et de m’installer dans le sud entre Marseille, Aix en Provence et Pertuis ou j’occupe plusieurs emplois essentiellement dans le domaine de la vente. C’est également l’occasion pour moi de créer ma première entreprise de commerçant non sédentaire qui me permettra de voyager dans toute la France et de comprendre que le nomadisme fait intégralement parti de moi.

Considérant m’être suffisamment exercé dans plusieurs petits boulots et avoir effectué mon service militaire chez les commandos de l’armée de l’air section maître chien, je postule en 1999 à MAAF Assurances pour un poste de chargé de clientèle professionnelle et décide de m’installer à Saint Étienne.

Je passe alors les 5 années les plus riches d’enseignements tant sur le plan professionnel que personnel, les banques et les assurances gèrent absolument tout ! C’est donc pour moi une formation accélérée du fonctionnement de notre société qui me servira plus tard.

C’est à cette période et avec la démocratisation d’internet que je constate que personne ne prend conscience de l’impact que va avoir le numérique sur notre société et il est très difficile, voir impossible, de monter le débat à des niveaux nécessaires pour anticiper ces évolutions sur notre société. Si l’on parle déjà beaucoup de débit (infrastructure) forcé de constaté que les usages ne sont pas encore rentré dans le vocabulaire.

En 2004, je décide donc de démissionner pour créer une structure dédiée à la fracture sociale numérique et de mettre mes compétences acquises au service de projets d’économie sociale et solidaire. Fort d’un bilan de compétence qui soutient le projet, je créé une association à Saint Etienne ayant pour slogan : « être petit n’a jamais empêché de grandir ! » : Zoomacom

De 2004 à 2014 : actions et savoirs

Le jour sur la route avec mon Centre Multimédia Itinérant pour former des publics en insertion professionnels, le soir dans des réunions, des conseils d’administration ou des conseils municipaux pour expliquer et convaincre de l’intérêt des Espaces Publics Numériques et la nuit à développer des systèmes d’information numériques collaboratif ou faire de la veille : Saint-Etienne – la Cyberloire en Rhône Alpes

C’est seulement à partir de 2010 que les politiques publiques se réveillent et prennent conscience de l’impact (négatif) qu’à le numérique sur les jeunes, les demandeurs d’emploi et les séniors principalement, suivi de la famille au sens large et des entreprises. L’occasion pour moi et mes associés de créer le 1er Tiers Lieux en Rhône Alpes et expérimenter l’évolution d’un EPN vers du coworking, de la consommation collaborative et du prototypage d’objets numériques : au Comptoir Numérique

L’argent étant encore le nerf de la guerre, nous décidons de créer en parallèle une structure coopérative qui permette à Zoomacom de trouver des financements complémentaires et surtout issus d’avantage du secteur privé : OpenScop

L’inspiration de la culture, des technologies et des modèles économiques du logiciel libre appliqué au développement durable dans les territoire me font rencontrer de nombreuses compétences qui assemblées nous permettent de créer une méthodologie scientifique de documentation d’actions remarquables pour leur participation à des modes de vies durables : MoviLab

Projet expérimental, et bien que reconnu au niveau national avec 2 labellisations Territoire Innovant (2010 et 2012), le projet « Politique et économique » du Comptoir Numérique n’est malheureusement pas reconnu à sa juste valeur et pour des raisons principalement économiques nous sommes obligé de prendre une nouvelle direction plus institutionnelle et de recentrer Zoomacom sur des missions d’Espace Public Numérique. C’est sans doute mon 1er et plus gros échec professionnel et personnel car j’ai appris à mes dépends qu’il ne suffit pas de fabriquer ses outils, il faut chaque jour les vérifier et veiller à leur état. Je décide donc de céder la place et de me concentrer sur le travail nomade à l’ère numérique : Coworking Sainté

En parallèle, c’est l’occasion pour moi de rencontrer dans toute la France des centaines d’initiatives allant de le même sens et de finalement créer une communauté francophone pour leur donner un nom au travers un manifeste : les Tiers Lieux

De 2014 à 2020 : changer d’échelle

Quelques actions plus tard…

C’est donc logiquement et naturellement que j’ai franchi le pas en juillet 2014 de quitter mes fonctions salarié pour me consacrer aujourd’hui à la création d’une fondation européenne : la POC Foundation